06-07-05

VERS...

le_rideau_de_fusuma
Tatsumi Kumashiro, Le rideau de Fusuma

roublev_fillette1
Andrei Tarkovski, Andrei Roubleev


Inutile de vouloir se retrouver tel qu'on était, avant. Avant une brisure. Elle est faite pour se retrouver différent. Dès lors, que c'est su, vivre cette sorte de flou, éparpillement d'être, en fait précision plus grande dans des tonalités plus basses et plus hautes, intensité vive, sans plus attendre d'impossibles retrouvailles avec un moi fané, perdu, viennent plus pures les sensations de la nouvelle modalité d'être. Davantage de folie qu'avant? Non, mais... inchangée, de ne plus côtoyer ni se battre avec une rationalité, toujours chercher à tout expliquer, résidu des peurs à mettre des pseudo-concepts sur ce qui fait jouir et effraye, elle excelle maintenant à se déployer dans sa pureté.
Vivre avec en soi la fragilité, la proximité du chaos et des destructions possibles, maintenant que... Est-ce que c'est ça l'éternelle jeunesse? Son secret.
J'ai le projet d'ouvrir un nouveau journal intime, très secret, sans en divulguer l'adresse, adressé seulement à celui qui par hasard le trouverait.
J'y écrirai différemment.
Je peux écrire sur tous les modes qui me plaisent, ceux à inventer. Je laisse aux autres les modes éventés, ils y excellent, eux qui se repaissent des saveurs rances. A eux le succès. A moi le secret.

Je devrais développer mes possibilités médiumniques. Ces jours derniers se sont produites deux nouvelles "sensations-déductions" par rapport à des choses arrivées à des amis qui ne m'en avaient rien dit et que je n'avais même pas vus. L'une d'elle fut précise, une petite maladie d'un certain, mais l'autre non, c'est pourquoi je dis qu'il faudrait travailler ça. Parfois, comme ça, les messages m'arrivent comme si c'était moi qui les pensais, quand c'est l'autre qui le pense. J'entends un "je" dans ma tête, qui développe une phrase, sans que cela ne corresponde à ma personne, et j'en suis étonnée. Et pour cause, c'est l'autre qui le pense. Devrais-je rencontrer un sorcier-instructeur?

Je n'irai pas voir la mer très bleue mais l'océan bien agité. Et au fond des yeux de cet océan d'une couleur... indéfinissable, comme mon désormais vécu actuel non rationnalisable, je verrai le cyclone d'une passion, bien verte.
Ecrire c'est prendre en bouche le phallus. De là à dire que les fellations sont mon métier il n'y a qu'un pas.


Posté par frederika à 17:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur VERS...

    vers le secret

    Je lis vos mots comme du petit lait
    et je m'en abreuve, m'y retrouvant, m'y perdant aussi...

    comme cette histoire de journal intime inaccessible et pourtant qui serait là sur la toile...
    à trouver par hasard...

    merci

    Posté par Julie, 03-09-06 à 00:11 | | Répondre
Nouveau commentaire